Les dernières chroniques d’Abaddon: Quand la musique est bonne.

Shenzi et les femmes … A mon avis, il ne peut pas s’en empêcher. 

Au début, ça devait être une mission tranquille où je devais gagner quelques pesos, amigo.

Un petit week-end sur une île avec de la musique pleins les oreilles, à veiller sur une demoiselle, pleine de charme, qui avait la chance de sa vie en se produisant devant un public restreint.

La demoiselle, Miako Fastbender,  sentai tune menace rôder et sentait en danger. Evidemment, mon Shenzi, ni une ni deux, il fonce. Jouer les jolis coeur, il adore.

Une jolie île totalement isolée, du beau linge en costard ou en cuir, du soleil, que demander de plus. Bon évidemment, la dame est venue avec son matos et moi, quand on parle matos, j’adore y fourrer mon nez. Donc quand la dame me parle de sa pédale de guitare qui est très spéciale, unique au monde, un son novateur qui fusionne avec elle, ma curiosité me pousse à y m’y intéresser de plus près mais je suis vite déçu. Comment un tel son peut-être produite par un circuit aussi simple.

Pourtant ce son fera un ravage dans les heures qui suivent.

Une fois dans l’île, l’acceuil a été des plus chaleureux, excepté pour nos armes évidemment. Mais la jolie hôtesse nous a convaincu.

Moi ce qui m’a le plus impressionné c’est cette intelligence artificielle, Helen, qui se baladait partout dans l’île et qui prenait soins de nous avec tellement de … gentillesse. Mais ce terme et probablement à revoir, je pense. Et il y a aussi ces odeurs différentes suivant l’endroit où on se trouve. Quand on est riche on peut mettre tous les détails que l’on veut dans sa vie…

Après avoir fait connaissance des lieux, nous avons pris quend même un peu de bon temps. Moi avec un star, (déchue, c’est vrai! mais bon), de la musique à qui j’ai demandé un autographe mais qui m’a ensuite dégagé comme un merde, Shenzi avec un nouveau joujou technologique qui simule des combats avec un adversaire virtuel, bref que du bonheur.

J’oubliais de vous parler du label de Miako, Killing Elephant, et de son patron Joshua Elkebert. Le type qui organisait cette fête pour son anniversaire. Un type sympa mais assez suffisant.

Bon bref, venons-en au vif du sujet, le concert qui se passe mal évidemment, sinon on se serait déplacé pour des pacotilles. Miako se met à chanter et faire entendre son instrument et cette fameuse pédale et là ça dérape. Tout le monde est hébété, heureusement Shenzi à la présence d’esprit de me dire de me boucher les oreilles. Je fonce et débranche la sono (je savais que cette pédale était pas réglo).

Et là, la magnifique île se transforme en lieu de cauchemar. Borderl! il va falloir travailler!

La liste des emmerdes? Le boss, des cadavres sont retrouvés à la piscine, Joshua a disparu, un message “Mes amis, profitez bien de ces dernières 24h”, des gens crachent du sang, la panique qui s’installe auprès des invités, les commlink qui sont aussi lent qu’un escargot qui a la flemme, et Helen …

Bref le bordel!

Le bordel qui continue avec le suicide du Boss que l’on vient de retrouver dans sa chambre forte. Les sens olfactifs de Shenzi le mettent en alerte. Un parfum dans la pièce provoque la panique à celui qui le respire. Il est clair que Joshua été poussé à se suicider par ce biais. Mais c’est très vite confirmé par Okona, la jolie hôtesse qui nous acceuilli, qui nous apprend que Helen a manipulé le système d’aération avec son aide. Okona et Helen étaient amoureuse. Tomber amoureuse d’une IA! Quelle idée! On voit où ça mène.

Bon alors, il fallait prendre les choses en main. J’ai donc été dans l’obligation, à mon grand regret, (enfin bon faut pas éxagérer) de menacer de tuer Okona. Helen a donc rendu les armes et a pu être détruite. Si ça s’arrêtait là, ce serait sympa mais il faut toujours plus!

Ben oui, comme si ça suffisait pas, Okona a tiré sur Miako. Shenzi, toujours prêt à sauver les gentes demoiselles, a sorti un stim-pack de derrière les fagots et à réussi à sauver de justesse son amie.

On a gagné quelques trucs sympa dans l’histoire, comme 10000 Nuyens, les restes de la pédale de Miako, la maquette de l’album de Miako mais surtout du trauma. Comment se remettre d’une histoire pareil. Je mettrai plus jamais de parfum! (hahaha je rigole, j’en ai jamais mis). Quand à la musique, j’écouterai plus que du hard troll!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.